Lexique

Définition des termes utilisés en crypto-économie.


Bitcoin / bitcoin

Bitcoin (avec un B majuscule) est un protocole de paiement pair-à-pair fonctionnant sans autorité centrale, créé en 2008 par Satoshi Nakamoto et mis en application depuis le 3 janvier 2009. Le bitcoin (avec un b minuscule) désigne le jeton numérique (l’unité de compte) dont l’émission et les échanges sont régis par ce protocole. D’après le livre blanc, ce jeton a vocation à devenir une monnaie (peer-to-peer electronic cash).


Bitcoin Core

Implémentation de référence du protocole Bitcoin (BTC) qui descend directement du premier client codé par Satoshi Nakamoto. Elle est disponible sur Github. Par extension, Bitcoin Core désigne également l’équipe de développeurs en charge du maintien et de l’évolution de l’implémentation.


Bloc (block)

Ensemble ordonné de transactions précédé par un en-tête.


Chaîne de blocs (blockchain)

Ensemble chaîné de blocs. Registre public regroupant l’ensemble des transactions effectuées. Par métonymie, la blockchain désigne également la technologie de consensus décentralisé utilisée par Bitcoin et par les autres cryptomonnaies.


Chaîne latérale (sidechain)

Chaîne de blocs qui fonctionne en parallèle à une autre chaîne de blocs (dite « principale ») et qui permet de transférer des jetons d’une chaîne à l’autre sans mettre en jeu l’intégrité de ces jetons. Les chaînes latérales offrent souvent des avantages impossibles à obtenir sur la chaîne principale : une plus grande scalabilité, une meilleure confidentialité, des contrats autonomes plus flexibles, etc. Bitcoin-BTC possède actuellement deux chaînes latérales majeures : RSK et Liquid.


Confirmation

Inclusion d’une transaction dans un bloc. Par extension, les confirmations désignent le nombre de blocs valides qui prennent en compte cette transaction (le bloc qui l’inclut et les suivants). Pour Bitcoin, il est usuel d’attendre 6 confirmations pour considérer qu’une transaction est irréversible.


Contrat autonome (smart contract)

Programme s’exécutant dont l’exécution ne nécessite pas l’intervention d’un tiers de confiance. Dans le contexte de la cryptomonnaie, il s’agit d’un programme qui s’active automatiquement sur une chaîne de blocs lorsque certaines conditions sont remplies. Le concept de smart contract a été inventé par Nick Szabo en 1994.


Coopérative de minage (mining pool)

Une coopérative de minage est un rassemblement de mineurs ne disposant pas assez de puissance de calcul pour trouver un bloc tout seuls. Elle permet à ces mineurs de contribuer à un effort commun et distribue les revenus de manière proportionnelle.


Hard fork

Duplication permanente de la chaîne de blocs produite par une modification accidentelle ou délibérée des règles de consensus. Par métonymie, on désigne également sous le nom de hard fork une modification qui rend les nouvelles règles incompatibles avec les anciennes et qui, ce faisant, a le potentiel de provoquer cette duplication. Un hard fork peut être extensif ou bilatéral. Le hard fork extensif élargit les règles de consensus : l’augmentation de la taille limite des blocs est un exemple. Un hard fork bilatéral crée une incompatibilité des deux côtés : ce serait par exemple le cas d’un changement d’algorithme de signature. Bitcoin Cash est né à la suite d’un hard fork bilatéral de la chaîne de Bitcoin.


Hauteur de bloc (block height)

Position d’un bloc dans la chaîne de blocs. De manière générale, le bloc de genèse a la hauteur 0, le second bloc a la hauteur 1, etc.


Initial Coin Offering (ICO)

Méthode de levée de fonds par l’intermédiaire d’une prévente de jetons numériques. L’entreprise émet un certain nombre de jetons, elle en conserve une partie et échange le reste à prix fixe contre une autre cryptomonnaie (comme de l’éther par exemple). Les acheteurs sont généralement des investisseurs spéculant sur la hausse du cours du jeton. Le terme Initial Coin Offering (ICO) est calqué sur Initial Public Offering (IPO) qui désigne une levée de fonds traditionnelle lors de l’introduction en bourse d’une société.


Jeton (token)

Unité de compte numérique gérée par un protocole utilisant une chaîne de blocs ou un DAG. Par exemple, le jeton du protocole Bitcoin est le bitcoin. Sur certaines chaînes, il faut distinguer le jeton principal des jetons secondaires. Sur la blockchain Ethereum, l’éther (ETH) est le jeton principal : c’est lui qui rémunère les validateurs du réseau et qui permet de payer les frais de transactions (via le gas). Mais une multitude de jetons sont également échangés sur cette blockchain comme le basic attention token (BAT) ; ces derniers sont le plus souvent conformes au standard ERC-20.


Réseau Lightning (Lightning Network)

Réseau décentralisé bâti en surcouche du réseau Bitcoin permettant des paiements pair-à-pair, instantanés et quasi-gratuits. Il fait parties des solutions hors-chaîne pour résoudre les problèmes de scalabilité de Bitcoin.


Livre blanc (white paper)

Guide pratique de quelques pages présentant le fonctionnement et les objectifs d’un jeton numérique. Le livre blanc de Bitcoin, rédigé par Satoshi Nakamoto en octobre 2008, est disponible ici.


Minage (mining)

Voir preuve de travail.


Pair-à-pair (peer-to-peer)

Modèle de réseau informatique dans lequel tous les membres du réseau sont au même niveau. Ce modèle s’est fait connaître grâce au partage de fichiers (eMule, BitTorrent). Les cryptomonnaies sont basées sur un réseau pair-à-pair par soucis de décentralisation.


Preuve d’enjeu (proof-of-stake, PoS)

Le système de validation par preuve d’enjeu est une alternative à la preuve de travail, qui a été introduit par Sunny King et Scott Nadal en 2012. Le principe de la méthode est de reproduire le processus de minage de manière virtuelle en se basant non pas sur la puissance de calcul, mais sur la possession de jetons. Ainsi, plus quelqu’un a de jetons, plus il a de chances de valider le prochain bloc et de gagner la récompense associée : c’est parce qu’il a des jetons en jeu qu’on suppose qu’il est honnête. Dans ce cas, on ne parle plus de minage mais de forgeage.


Preuve de travail (proof-of-work, PoW)

Le système de validation par preuve de travail, aussi appelé minage, est un mécanisme économique permettant aux différents acteurs d’un réseau pair-à-pair de parvenir à un consensus de manière décentralisée. Dans ce système, certains acteurs du réseau, appelés mineurs, sont incités à utiliser leur puissance de calcul pour garantir l’intégrité d’une chaîne de blocs, registre contenant l’ensemble des transactions d’un jeton numérique. En échange de leur implication, les validateurs sont récompensés par la création de nouveaux jetons, d’où leur nom de mineurs.


Satoshi Nakamoto

Pseudonyme du créateur de Bitcoin. Il peut s’agir d’un individu seul ou d’un groupe de personnes.


SegWit (Segregated Witness)

Mise à niveau du protocole Bitcoin qui modifie en profondeur la structure des transactions en déplaçant les scripts de déverrouillage (scriptSig) dans une partie séparée, appelée témoin ou witness (d’où le nom de Segregated Witness ou témoin séparé). SegWit a pour but principal de corriger la malléabilité des transactions, mais elle permet également d’augmenter la capacité transactionnelle du protocole, d’améliorer la vérification des signatures et de versionner les scripts. Il s’agit d’un soft fork.


Soft Fork

Modification rétrocompatible des règles de consensus du protocole. Le terme a été introduit pour distinguer cette méthode de mise à jour du hard fork.