Avant Bitcoin : l’amorçage des premiers systèmes d’argent liquide numérique

Le concept de Bitcoin a fait son apparition dans le monde le 31 octobre 2008. Dans un court document technique de 9 pages, le livre blanc, le mystérieux Satoshi Nakamoto décrivait les principes de base de ce qui deviendrait par la suite un phénomène économique d’envergure mondiale. Le titre de ce livre blanc ? « Bitcoin : un système d’argent liquide électronique pair-à-pair ». Ce projet s’inscrivait donc dans une lignée bien définie : celle des tentatives de créer une monnaie numérique fonctionnant de manière indépendante sur internet.

L’idée de monnaie numérique n’est pas une idée particulièrement nouvelle. Celle-ci remonte en effet au développement des moyens de communication modernes et est évoquée dans de nombreuses œuvres de science-fiction, notamment sous la forme de « crédits ». Avec l’émergence d’internet dans les années 1980, cette idée devenait réalisable. De même qu’il existait un courrier électronique (e-mail), il pouvait y avoir une monnaie électronique (e-money). Néanmoins, une interrogation subsistait : la question de savoir s’il était possible de transposer les propriétés de l’argent liquide au cyberespace. Pouvait-on construire une monnaie entièrement numérique qui pouvait se transmettre facilement, de personne à personne et de manière anonyme ? Ou devait-on se résigner à simplement étendre le fonctionnement du système bancaire à internet ?

Le concept d’argent liquide numérique a été formalisé pour la première fois en 1982 par le cryptographe américain David Chaum dans son papier académique intitulé « Blind signatures for untraceable payments ». Dans ce papier il décrivait un procédé de signatures aveugles qui permettait théoriquement d’envoyer des paiements de manière anonyme. David Chaum a par la suite étoffé cette idée et a travaillé à l’implémenter par le biais de sa société DigiCash, créée en 1989 pour l’occasion.

L’idée a ensuite été reprise par le mouvement cypherpunk, formé en 1992, dont le but était d’établir une forme d’anarchie dans le cyberespace grâce à la cryptographie et à la technologie. Pour réaliser leur objectif, un argent liquide numérique constituait un élément central, car c’était lui qui pouvait permettre le développement de marchés indépendants en ligne. Eric Hughes, l’un des fondateurs du mouvement, écrivait par exemple dans son Manifeste d’un cypherpunk en mars 1993 :

Nous, les cypherpunks, nous consacrons à construire des systèmes anonymes. Nous défendons notre confidentialité avec la cryptographie, avec les systèmes anonymes de transfert de courriels, avec les signatures numériques, et avec la monnaie électronique.

Cependant, pour qu’une telle monnaie soit vraiment indépendante, il fallait qu’elle possède une valeur sans être adossée à un autre bien. En effet, adosser sa monnaie à des réserves présentes à un endroit donné revenait à jouer le rôle d’une banque, ce qui était très peu compatible avec l’idéal des cypherpunks. C’est dans ce contexte qu’ont eu lieu les premières tentatives d’amorçage de systèmes d’argent liquide numérique.

 

Le Hawthorne Exchange : un système de réputation basé sur le Thorne

La première expérience que l’on peut citer n’est pas un système de monnaie numérique à proprement parler puisque son rôle initial n’était pas l’échange commercial. Il s’agit du Hawthorne Exchange, un système de jetons de réputation utilisé pour la liste de diffusion extropienne.

Les extropiens étaient des futuristes transhumanistes optimistes qui envisageaient l’évolution technologique comme un moyen de libération de l’individu. Ils avaient avait donc des centres intérêts en commun avec les cypherpunks (le mouvement extropien avait été fondé 4 ans aurapavant), et beaucoup de personnes faisaient partie des deux mouvements comme Timothy C. May, Nick Szabo ou encore Hal Finney. La liste de diffusion extropienne était une liste de distribution de courrier électronique privée, par laquelle les extropiens communiquaient sur internet et pouvaient discuter de nombreux sujets.

Logo extropianisme extropie

Le Hawthorne Exchange (couramment abrégé en HEx) a été lancé le 24 mars 1993 par un individu du nom de Brian Holt Hawthorne comme un marché de réputation pour les membres de la liste de diffusion. Le système se basait sur un serveur qui gérait les courriels de manière automatique. Chaque membre de la liste de diffusion pouvait s’incrire pour acquérir des parts liées à son identité, ainsi que des parts de la plateforme possédant le sigle boursier HEX. Chaque part pouvait ensuite être échangée sur le marché selon l’offre et la demande, ce qui permettait théoriquement d’évaluer la réputation des membres de la liste. Le principe de base était que si un membre considérait que quelqu’un avait contribué positivement à la liste de diffusion, il achetait des parts de cette personne, et que dans le cas inverse il revendait ces parts.

L’unité native pour effectuer ces échanges était le Thorne, et avait pour symbole ð ou p. La quantité monétaire émise au tout début était d’un million de Thornes et était détenue par le serveur. La distribution initiale se faisait lors de l’inscription : au moment de leur entrée dans le système, les participants recevait, en plus de leurs parts représentant leur réputation, 100 HEX chacun (les parts du système d’échange) qu’ils pouvaient vendre au serveur pour un prix de 100 Thornes pièce, et donc obtenir au moins 10 000 Thornes chacun.

Le système était très expérimental et beaucoup de membres de la liste de diffusion étaient sceptiques (à raison) sur sa pérennité. Néanmoins, certains se sont tout de même inscrits comme Hal Finney (il était l’un des premiers à s’inscrire et possédait la part HFINN), Perry E. Metzger (P) ou Nick Szabo (N) qui disait essayer pour « le plaisir du jeu » malgré ses réticences.

Après une période de développement plus longue que prévue, les échanges ont pu débuter le 28 juin 1993. Les opérations étaient rares mais elles avaient lieu. Voici à quoi ressemblaient le cours des différentes parts dans le rapport du 22 juillet :

Cours parts Hawthorne Exchange 1993

Plusieurs problèmes ont été évoqués dès le début. Le premier était le manque de liquidité du marché. Un groupe restreint de personnes possédait la majeure partie des Thornes et ne les faisaient pas bouger, ce qui n’aidait pas les autres à s’en procurer. Des propositions ont été faites pour améliorer les choses. Ainsi, le 6 juillet, un membre de la liste nommé Derek Zahn proposait d’augmenter drastiquement la quantité de Thrones en circulation. Suite à cette proposition, Perry Metzger rétorquait que les gens oubliaient que « la taille de la masse monétaire [n’avait] pas d’importance » et que « les valeurs [pouvaient] augmenter indéfiniment même avec une masse monétaire fixe ». Néanmoins, il fallait pour cela que l’unité soit rendu divisible, chose qu’a faite Brian Hawthorne le 16 juillet en ajoutant deux chiffres après la virgule dans la représentation des Thornes.

Le deuxième problème était la valorisation du Thorne et des jetons de réputation. Certaines personnes montraient en effet un certain scepticisme à propos de la mise en route du système, à l’instar de Hal Finney qui déclarait le 27 juillet :

De nombreuses personnes ont observé que les parts Hex ont peu ou pas de valeur intrinsèque. Cela remet en question toute la prémisse de la place de marché, à savoir que les valeurs des parts sont censées représenter d’une manière ou d’une autre la réputation des gens. Mais il n’y a aucune raison pour que la valeur des parts corresponde de quelque manière que ce soit à la réputation des gens, si ce n’est le fait qu’on se dit qu’il devrait en être ainsi. Il s’agit d’une tentative de créer une prophétie auto-réalisatrice, où si tout le monde croit X, alors tout le monde agit comme si X était vrai, et cela rend X vrai. […] Il est important de comprendre que les Thornes ne sont pas comme les dollars. À moins que les parts HeX ne puissent recevoir une base autre que le caprice de leurs propriétaires, le marché s’effondrera sûrement, car il n’y a rien pour le soutenir.

Plusieurs personnes ont réagi à cette conception. Ainsi, Dave Krieger a répondu à Hal Finney que les dollars fonctionnaient déjà comme cela. Perry Metzger, lui, a été plus loin en invoquant la conception subjective de la valeur :

L’une des grandes avancées de la théorie économique autrichienne est la notion que toute valeur est complètement subjective – c’est tout simplement ce que les gens sont prêts à payer pour la chose valorisée. […] Toute monnaie est psychologique.

HEx n’a jamais réellement fonctionné en tant que système de réputation car il n’y avait pas de sens à évaluer la réputation comme cela, et l’activité était de toute manière trop timide. Néanmoins, le Thorne lui a commencé à être utilisé comme monnaie d’échange. Par conséquent, bien que Brian Hawthorne lui-même avait déclaré que HEx n’était pas « un système d’argent liquide numérique » et n’avait « aucune prétention à l’être », les personnes présentes sur la liste se sont mises naturellement à effectuer des échanges contre du Thorne.

Le premier achat d’un service a eu lieu le 31 août 1993 lorsque Dave Krieger a proposé à John McPherson de lui donner 1000 Thornes s’il recopiait et publiait une présentation de Vernor Vinge réalisée par The San Diego Union-Tribune. John McPherson a accepté dans la soirée, heure de Californie, concluant ainsi l’échange.

Nick Szabo vendait quelques services contre du Thorne, et avait été jusqu’à mettre au point son propre catalogue de textes en tous genres, appelé « Nick’s Catalog ».

Catalogue de Nick Szabo Thorne Hawthorne Exchange 1993

Quelques paris étaient réalisés sur la liste de diffusion. De son côté, Tim May mettait à disposition des dossiers d’informations contre des Thornes, dans le cadre de son projet de BlackNet.

Au cours du temps, le Thorne a aussi acquis un prix en dollars. Brian Hawthorne vendait du Thorne à un prix de 0,01 $ pièce. Cependant, la demande pour le Thorne était moins forte que cela et la plupart des gens acceptaient d’acheter du Thorne un prix de 0,001 $. Tim May en particulier cherchait à se procurer plus de Thornes : il a par exemple acheté 10 000 Thornes à Edgar W. Swank pour 10 $ en liquide. Le but de Tim May était d’« accumuler plus de Thornes » dans l’espoir que le système persiste et que Brian Hawthorne n’ait pas « l’intention de dévaloriser le Thorne en imprimant plus », chose que ce dernier confirmera :

Je vais répéter ce que j’ai déclaré publiquement auparavant. Il y a exactement un million de Thornes en circulation. Je n’en imprimerai pas plus.

Cet amorçage du Thorne a étonné certains membres de la liste, et ce d’autant plus que cette utilisation n’était pas la vocation initiale du système. Ainsi, David Murray expliquait le 28 septembre :

Quand HEX a débuté, je ne pensais pas que le thorn[e] pouvait spontanément acquérir de la valeur. Je n’en suis plus si sûr maintenant. Les thorn[e]s offrent un avantage distinct par rapport aux dollars ici sur la toile : ils sont électroniques et échangeables électroniquement. Cette marge d’efficacité peut suffire à leur permettre d’acquérir de la valeur, avec un peu d’aide (spontanée).

Cela a également inquiété Brian Hawthorne, qui voyait son système être utilisé comme monnaie, et qui ne voulait pas subir les poursuites étatiques que subissait à l’époque le créateur de PGP, Philip Zimmermann :

Avertissement officiel, de sorte à ce que je ne me retrouve pas dans la même situation que Phil Zimmermann : Le Hawthorne Exchange est un marché de réputation, pas un marché d’actions, de matières premières, de devises ou d’obligations. Le Thorne est un jeton avec lequel échanger des réputations. Le Hawthorne Exchange décline toute responsabilité quant à l’utilisation de Thornes comme monnaie réelle par ses clients.

Toutefois, cette expérience est lentement tombée dans l’oubli et l’activité a commencé à décliner vers la fin de l’année 1993. Le 21 janvier 1994, Brian Hawthorne a mis le Hawthorne Exchange en vente, n’ayant plus le temps de s’en occuper. Il avait en effet lancé la chose de manière plus ou moins ironique et ne s’attendait pas à ce que les gens la prennent autant au sérieux. La plateforme a été rachetée par Bill Garland, qui a déclaré par la suite que « HEx [avait été mis] en sommeil et qu’il le resterait encore un peu » (HEx is now dormant and will be for a little while yet). Le Hawthorne Exchange n’a jamais réapparu et par conséquent le Thorne a fini par perdre sa valeur.

 

Magic Money et les Tacky Tokens

À l’instar de la liste extropienne, la mailing list cypherpunk a également connu son expérience d’argent liquide numérique. Il s’agissait du protocole Magic Money qui permettait à chacun de créer sa propre devise numérique. Celui-ci a été présenté sur la liste de diffusion cypherpunk le 4 février 1994, par un anonyme qui utilisait PGP pour s’identifier. Le créateur de Magic Money, Pr0duct Cypher, décrivait son système comme suit :

Magic Money est un système d’argent liquide numérique conçu pour être utilisé par courrier électronique. Le système est en ligne et intraçable. « En ligne » signifie que chaque transaction implique un échange avec un serveur, pour éviter les doubles dépenses. « Intraçable » signifie qu’il est impossible pour quiconque de retracer les transactions, de faire correspondre un retrait avec un dépôt, ou de faire correspondre deux pièces de quelque manière que ce soit.

Tout comme le Hawthorne Exchange, Magic Money nécessitait par un serveur qui analysait des courriels pour faire fonctionner la chose. Magic Money était un protocole et par conséquent nécessitait que la personne qui désirait créer une nouvelle devise numérique fasse fonctionner son propre serveur. Pour être intraçable, le système se fondait sur les signatures aveugles de David Chaum, une technologie brevetée, ce qui faisait que Magic Money était avant tout un prototype expérimental.

À la fin de sa présentation initiale, Pr0duct Cypher ajoutait la remarque suivante à propos de la valorisation des jetons créés avec son système :

Maintenant, si vous êtes toujours réveillé, vient la partie amusante : comment introduire une valeur réelle dans votre système digicash ? Comment, d’ailleurs, faites-vous même en sorte que les gens jouent avec ?

Qu’est-ce qui rend l’or précieux ? Il a quelques propriétés utiles : c’est un bon conducteur, il résiste à la corrosion et aux produits chimiques, etc. Mais celles-ci ne sont devenus importantes que récemment. Pourquoi l’or a-t-il été précieux pendant des milliers d’années ? C’est joli, c’est brillant et surtout, c’est rare.

Digicash est joli et brillant. Les gens en parlent depuis des années, mais peu l’ont utilisé. Vous pouvez rendre votre cash plus intéressant en donnant à votre serveur un nom provocateur. Le faire passer par un service de repostage pourrait lui donner une touche « underground » qui attirerait les gens.

Votre digicash devrait être rare. Ne le donnez pas en grande quantité. Demandez à certaines personnes de jouer avec votre serveur, en vous faisant passer des pièces. Organisez un concours – la première personne qui casse ce code, répond à cette question, etc. gagne de l’argent numérique. Une fois que les gens commenceront à s’y intéresser, votre monnaie numérique sera demandée. Assurez-vous que la demande dépasse toujours l’offre.

 

Magic internet Money Bitcoin brouillon
Bitcoin n’est-il pas le digne héritier de Magic Money ?

 

Suite à cette présentation, les réactions ont été enthousiastes. Hal Finney a répondu dans la foulée : « Wow ! Génial ! ». Francis Barrett, lui, affirmait que c’était « la chose la plus géniale [qu’il avait] lue depuis longtemps ».

Le premier serveur a été mis en place par Mike Duvos le 25 février 1994. Ses pièces étaient appelés les « Tacky Tokens », ou « jetons poisseux », et elles étaient émises en dénominations de 1, 2, 5, 10, 20, 50, et 100 unités. En guise d’incitation à essayer le système, il distribuait 100 Tacky Tokens aux 10 premières personnes qui envoyaient un courriel au serveur.

Quelques tentatives d’utiliser les Tacky Tokens comme monnaie d’échange sont apparues comme la proposition de vente d’un GIF de qualité contre 5 Tacky Tokens, mais cependant cela n’a pas pris comme les cypherpunks l’imaginaient. Cet échec a fait réfléchir certains d’entre eux sur le problème de l’amorçage.

Dans son essai Why Digital Cash is Not Being Used, Tim May relevait différentes raisons pour lesquelles Magic Money / Tacky Tokens ne gagnait pas en traction, dont les trois principales étaient qu’il n’y avait quasiment rien à acheter, que l’utilisation était difficile techniquement et que le système n’offrait aucun intérêt particulier. May recommandait donc une liste de marchés qui pourraient être avantageux pour les système d’argent liquide numérique comme les cartes de téléphone, les routes à péage, les marchés illégaux, les marchés de paris et les services numériques de repostage.

Pr0duct Cypher, dans un texte intitulé Giving Value to Digital Cash, écrivait :

Quelqu’un m’a récemment rappelé mes mots de l’intro de Magic Money, dans laquelle j’ai prédit que l’argent liquide numérique pouvait prendre de la valeur par lui-même. Je savais quand j’ai écrit le programme que donner la valeur au système serait la partie la plus difficile. […] La plupart des grandes économies utilisent aujourd’hui une monnaie fiduciaire, il est donc clair que la monnaie fiduciaire fonctionnera. Mais vous ne pouvez pas créer une nouvelle économie avec de la monnaie fiduciaire. La monnaie doit commencer par avoir une valeur et une convertibilité dans le monde réel. Après avoir été en circulation pendant un certain temps, elle peut être « découplée » des étalons extérieurs.

Il y a trois problèmes qui interviennent.

1> Faire en sorte que les gens s’y mettent, de l’ignorance totale à la présence d’un client Magic Money opérationnel sur leurs systèmes.

2> Distribuer vos pièces numériques.

3> Échanger vos pièces numériques contre quelque chose ayant de la valeur.

On note qu’il revenait alors sur sa position initiale, pour rejoindre la conclusion du théorème de régression de Mises : la valeur de la monnaie devait remonter à une valeur d’usage non monétaire, si besoin par le biais d’adossements successifs.

À la suite de ces discussions, d’autres implémentations de Magic Money ont vu le jour : les GhostMarks ou « marks fantômes » ; les DigiFrancs ou « francs numériques », prétendument adossés à 10 caisses de Cola-Cola Light conservés dans un coffre ; ou encore les NexusBucks ou « dollars de liaison », créés par un dénommé Sameer qui souhaitait rémunérer du travail de développement informatique grâce à ces jetons.

Cependant, toutes ces unités numériques à l’utilité très limitée ont disparu progressivement. À la mi-août 1994, Mike Duvos, l’opérateur du serveur gérant les Tacky Tokens, déclarait :

Je n’ai pas vu de Tacky Token depuis des mois, bien qu’il y avait pas mal d’activité lorsque j’ai rendu mon serveur disponible au début.

La cause de cette désertion était l’apparition d’un autre système d’argent liquide numérique : eCash et ses cyberbucks.

 

eCash : l’expérience des cyberbucks

Comme on l’a dit en introduction, David Chaum est l’un des fondateurs de l’argent liquide numérique. C’est donc tout naturellement qu’il a essayé de mettre en application son idée, par l’intermédiaire de eCash. Après avoir fondé sa société (DigiCash) en 1989, et avoir travaillé sur le sujet pendant plusieurs années, il a fini par mettre au point un prototype et à le présenter au monde le 27 mai 1994 lors de la première conférence internationale sur le World Wide Web au CERN à Genève.

eCash a par la suite mis en route, sous la forme d’un essai réalisé avec la participation de volontaires. Cet essai a été annoncé en juillet et a débuté le 19 octobre. Les unités émises pour l’occasion étaient appelés les cyberbucks, ou « dollars d’internet », et avaient pour symbole cb$, c$ ou e$ selon les individus. Puisqu’il s’agissait d’un test, les cyberbucks ne bénéficiaient d’aucun adossement au dollar et possédait donc un prix flottante.

L’avantage que possédait eCash est que le système était développé par une entreprise reconnue, qui savait communiquer et qui savait comment démarrer un nouveau projet. La distribution initiale a ainsi été mise à profit pour encourager l’utilisation du système : 100 cyberbucks étaient en effet distribués à chaque nouvel utilisateur. Cela fait que l’expérience des cyberbucks s’est retrouvé avec des centaines d’utilisateurs et des dizaines de commerçants dès ses débuts.

Commerçants essai eCash cyberbucks

En janvier 1995, l’essai jusqu’alors réservé aux États-Unis s’étendait au monde entier.

Le premier échange en cyberbucks aurait eu lieu dès octobre : ils s’agissait de l’achat d’une carte postale par Marcel van der Peijl, un employé de DigiCash, auprès de la société Global-X-Change.

eCash connaissait également un certain succès dans la communauté cypherpunk, et était souvent évoqué sur la liste de diffusion. Certains cypherpunks ont même fini par travailler pour DigiCash, comme Nick Szabo.

Le cyberbuck a lui aussi acquis un prix. Il existait une liste de diffusion spécialisée qui servait à réaliser des échanges : appelée ECM (pour Electronic Cash Market), celle-ci avait été démarrée le 24 juin 1995 par Rich Lethin. Il y avait également d’autres endroits où échanger des dollars contre des cyberbucks et inversement, comme l’Eshop de FireCloud Solutions (voir l’image ci-dessous). En 1995, le prix du cyberbuck était de quelques centimes de dollar.

Place de marché eCash EShop FireCloud Solutions 1995

Bien que rare, l’utilisation des cyberbucks était bien réelle. Hal Finney offrait un prix en cyberbucks pour son concours de programmation (problème résolu par Damien Doligez). Adam Back proposait à la vente des t-shirts sur lesquels était imprimé du code d’un algorithme de chiffrement (algorithmes alors considérés comme des munitions par l’État fédéral des États-Unis), dont un exemplaire a été acheté par Mark Grant le 17 août 1995. Bryce Wilcox (devenu aujourd’hui Zooko Wilcox-O’Hearn) proposait de vendre son logiciel facilitant l’utilisation de PGP pour 10 cyberbucks.

Jim Crawley résumait l’état des lieux le 11 juillet 1995, dans une courte chronique pour la revue en ligne The Computists’ Weekly :

Pouvez-vous créer de la valeur réelle sur la toile simplement en émettant une monnaie étrange ? Apparemment oui. Digicash a distribué 1 M d’ecash, 100 e$ par utilisateur. Quelques marchands ont accepté les cyberbucks pour des partagiciels ou des produits d’information, et Adam Back en Grande-Bretagne vous vendra un T-shirt cryptographique « export-interdit » pour 250 e$ (ou 8 £, qui met en place un taux de change différent). Le premier échange connu vers la devise américaine a eu lieu lorsque Lucky Green a accepté le mois dernier de vendre ses 100 e$ pour 5 $. Cela établit un prix de vente de 50 000 $ pour l’émission de Digicash, bien qu’il soit possible que l’édition limitée ait une valeur beaucoup plus élevée en tant qu’article de collection. Selon l’analyste du commerce en ligne, Robert Hettinga, « le prix dont nous parlons ici est la valeur marginale du concept d’e$ lui-même : anonymat, fluidité de transfert, commodité, ce que vous voulez. »

Cependant, tout n’était pas parfait pour les utilisateurs de cyberbucks et certains se posaient des question sur la pérennité du système, à l’instar de Nathan Loofbourrow qui évoquait dans un courriel du 23 août la dépendance du système vis-à-vis de DigiCash :

Je n’ai pas encore vu de date, mais Digicash déclare à plusieurs reprises dans ses communiqués de presse que les Cyberbucks ne sont qu’une monnaie d’essai et qu’à un moment donné dans le futur, l’essai prendra fin. Est-ce que cela signera le fin du marché pour les c$ à ce moment-là ? Sans Digicash pour authentifier la monnaie, il semblerait impossible d’échanger les pièces de c$. […] Afin de préserver la valeur de la nouvelle monnaie électronique, […] nous avons besoin de l’assurance que la masse monétaire ne connaîtra pas une croissance déraisonnable. L’essai de ecash bénéficie de la promesse de Digicash d’un plafond de 1 million de c$ ; cette confiance a-t-elle un poids suffisant pour que le Cyberbuck ou son successeur garde une quelconque valeur pour l’utilisateur ?

Malheureusement, sa prédiction est rapidement devenue réalité. En octobre 1995, la Mark Twain Bank lançait sa propre version de eCash en partenariat avec DigiCash, et, contrairement à l’essai précédant, l’unité échangée était adossée au dollar étasunien. Bien que l’expérience des cyberbucks ne se soit pas arrêtée là, leur valeur s’est effondrée à cause de cette nouvelle. Le sort des cyberbucks a finalement été scellé lorsque Digicash a fait faillite en septembre 1998.

 

Conclusion

Ainsi, que ce soit avec le Hawthorne Exchange, Magic Money ou eCash, on a pu voir des unités numériques être valorisées sans être adossée à une monnaie existante. Pourquoi ? Parce que leur fonction — transférer de la valeur sur internet — était très demandée, notamment par les cypherpunks dans le but de réaliser leur idéal. Néanmoins, toutes ces expériences reposaient sur un tiers de confiance, et se sont définitivement arrêtées lorsque le tiers en question a cessé ses activités. Le Thorne, le Tacky Token et le cyberbuck n’étaient ni durables ni rares, et ne pouvaient donc pas devenir des monnaies plus largement acceptées.

Satoshi Nakamoto le reconnaissait lui-même. Dans un courriel adressé à la liste de diffusion p2p-research, il réagissait à la comparaison entre Bitcoin et eCash en disant :

Bien sûr, la plus grande différence est l’absence de serveur central. C’était le talon d’Achille des systèmes chaumiens ; lorsque l’entreprise centrale fermait ses portes, la monnaie disparaissait.

À la suite des expériences des années 1990, l’idée de créer un argent liquide numérique sans valeur intrinsèque s’est faite plus rare, pour laisser la place à des systèmes où les unités étaient indexées sur l’or (e-gold) ou le dollar (Liberty Reserve). Quelques cypherpunks ont bien tenté d’imaginer des systèmes décentralisés, comme b-money, bit gold ou RPOW, mais ceux-ci ont été immédiatement jugés trop peu robustes. Ce n’est qu’avec l’apparition de Bitcoin en 2008 que la malédiction a été levée et qu’un vrai argent liquide numérique a pu voir le jour.

 


Sources

John Paul Koning, The bootstrapping of Thorne, Magic Money, and Cyberbucks: three pre-Bitcoin monetary experiments, 6 novembre 2017.
Extropians (mailing list), 1993 – 1994.
Cyperpunks (mailing list), 1992 – 1998.

Je suis fasciné par les cryptomonnaies et par l'impact qu'elles pourraient avoir sur nos vies. De formation scientifique, je m'attache à décrire leur fonctionnement technique de la façon la plus fidèle possible.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.