Bitcoin, le contre-exemple au théorème de régression de Mises

Bitcoin est un système décentralisé qui gère l’émission et les transferts d’une unité de compte numérique, appelée le bitcoin. Cette unité s’échange librement sur Internet et possède donc un prix, qui fluctue selon l’offre et la demande et qui a connu au cours de la dernière décennie une hausse fulgurante. En effet, celui-ci est passé de 0,001 $ en octobre 2009 à 1 $ en 2011, puis 1000 $ en 2013 et enfin plus de 50 000 $ aujourd’hui.

Le prix du bitcoin est une composante est très connue du grand public puisqu’elle est discutée dans les différents médias à chaque fois qu’un fort mouvement spéculatif a lieu. C’est lui qui pousse les gens à s’intéresser plus en profondeur à Bitcoin, constituant ainsi une force de recrutement non négligeable. Mais surtout, il remet au goût du jour la question cruciale de l’origine de la valeur, impactant au passage une position de l’école autrichienne d’économie : le théorème de régression.

 

Le problème de l’amorçage

Le bitcoin n’a pas vraiment de valeur intrinsèque, dans le sens où il n’est pas valorisé pour des propriétés objectives, comme le sel peut l’être pour ses caractéristiques d’assaisonnement et de conservation des aliments, ou l’or pour sa résistance à la corrosion et à l’oxydation. De plus, il n’est indexé sur aucun autre bien et n’a jamais représenté autre chose que lui-même. La valeur du bitcoin est donc extrinsèque et ne provient que de son utilisation en tant que monnaie : les gens le valorisent uniquement parce qu’ils savent que d’autres l’accepteront en l’échange de quelque chose d’autre.

Cependant, ceci pose un problème philosophique : comment a-t-il été valorisé en premier lieu, lorsqu’il n’y avait aucun utilisateur ? En d’autres termes : comment Bitcoin a-t-il été amorcé ?

Le problème de l’amorçage a été énoncé dès les début de Bitcoin par Hal Finney, l’une des premières personnes à avoir fait fonctionner un nœud après Satoshi Nakamoto. Le 11 janvier 2009, dans un courriel répondant à l’annonce de la première version du logiciel, il déclarait :

Un des problèmes immédiats avec n’importe quelle nouvelle devise est de savoir comment la valoriser. Même en ignorant le problème pratique lié au fait que quasiment personne ne l’acceptera au début, il est toujours difficile de trouver un argument raisonnable en faveur d’une valeur particulière non nulle pour les pièces.

La question à l’époque était donc de savoir s’il était possible de lancer avec succès une nouvelle monnaie numérique sans qu’elle n’ait de valeur prédéfinie, et surtout de savoir si cela pouvait être pérenne.

 

Le théorème de régression

La première valorisation de la monnaie est loin d’être quelque chose d’évident. Il va de soi que dans un contexte antagoniste, les êtres humains ne pouvaient pas choisir n’importe quoi pour servir d’instrument d’échange entre tribus par exemple. Ainsi, toutes les proto-monnaies précédant le développement de l’État se sont basées en premier lieu sur des biens ayant une valeur d’usage non monétaire : des coquillages pour leur attrait esthétique, du sel pour son usage alimentaire, du bétail ou du blé pour leur valeur nutritive, ou des métaux précieux pour leur beauté. Comme l’expliquait l’économiste autrichien Carl Menger dans son essai de 1892 sur l’origine de la monnaie, ces biens ont ensuite été sélectionnés selon leur cessibilité, c’est-à-dire la facilité avec laquelle ils pouvaient être échangés sur le marché, que cette cessibilité s’applique dans l’espace (portabilité), dans le temps (durabilité, rareté) ou à l’échelle (divisibilité, fongibilité). C’est pourquoi, de tous les biens qui se concurrençaient, ce sont les métaux précieux qui ont été finalement utilisés comme monnaie : parce qu’ils avaient la plus grande cessibilité.

De cette observation sur l’origine de la monnaie, Ludwig von Mises en a tiré un théorème, le théorème de régression, qui affirme que toute monnaie généralement acceptée par la population a dû avoir en premier lieu avoir une valeur d’usage non monétaire. Tel qu’il l’écrivait dans sa Théorie de la monnaie et du crédit publiée en 1912 :

Si la valeur d’échange objective de la monnaie doit toujours être reliée à un rapport d’échange du marché préexistant entre la monnaie et les autres biens économiques (car, sinon, les individus ne pourraient estimer la valeur de la monnaie), il s’ensuit qu’un objet ne peut être utilisé comme monnaie s’il ne possède pas déjà, au moment où il commence à être utilisé comme monnaie, une valeur d’échange objective basée sur un autre usage. Ceci fournit à la fois une réfutation des théories qui font découler l’origine de la monnaie d’un accord général qui aurait attribué des valeurs fictives à des choses intrinsèquement sans valeur, et une confirmation des hypothèses de Menger sur l’origine de l’utilisation de la monnaie.

Il poursuivait en disant qu’il était de cette manière possible de faire remonter la valeur de la monnaie à une valeur intrinsèque originelle :

La théorie de la valeur de la monnaie en tant que telle peut faire remonter la valeur d’échange objective seulement jusqu’au point où elle cesse d’être la valeur de la monnaie et devient uniquement la valeur d’une marchandise. […] Si de cette façon nous retournons de façon continuelle en arrière, nous devons arriver à un point où nous ne trouvons plus aucune composante dans la valeur d’échange objective qui provienne des évaluations basées sur la fonction de la monnaie comme moyen d’échange commun ; un point où la valeur de la monnaie n’est rien d’autre que la valeur de l’objet qui est utile d’une autre façon que comme monnaie.

Ainsi, on peut retracer l’histoire de la monnaie actuellement utilisée en Occident à l’or. Autrefois l’or et l’argent étaient utilisés comme moyen d’échange de main à main. Puis avec l’évolution bancaire, les gens ont commencé à utiliser des billets échangeables en or pour leur facilité d’usage : l’or était conservé dans un coffre et les billets jouaient le rôle de monnaie représentative. Ensuite, au cours du XIXème siècle, les États ont commencé à imposer des restrictions plus strictes et ont imposé un étalon-or contrôlé par leurs banques nationales respectives. Enfin, comme on le sait tous, cette convertibilité a été suspendue à de multiples reprises dans différents pays (cours forcé), avant d’être définitivement suspendue par les États-Unis en 1971 avec la fin des accords de Bretton Woods.

 

Billet de 100 francs merson 1908
Billet de 100 francs de 1908, échangeable contre 29 grammes d’or.

 

Depuis 1971, les monnaies étatiques n’ont donc plus de valeur d’usage (en dehors de l’utilité négligeable du papier des billets) et leur valeur repose sur le fait que les États imposent leur cours légal sur leurs territoires. Cependant, la croyance que la monnaie est toujours garantie par l’or persiste au sein de la population, ce qui témoigne de cette évolution historique. Selon Mises, les gens n’auraient jamais accepté la monnaie actuelle si elle n’avait pas été en premier lieu indexée sur l’or.

 

Pourquoi Bitcoin contredit Mises

Le théorème de régression est bien un théorème, pas une simple observation historique – une presciption et non une description, conformément à l’école autrichienne. Comme Ludwig von Mises le précisait dans L’action humaine en 1949 :

Nul bien ne peut être employé comme instrument d’échange si, au moment où l’on a commencé à s’en servir comme tel, il n’avait pas une valeur d’échange en raison d’autres emplois. Et toutes ces affirmations impliquées dans le théorème de régression sont énoncées apodictiquement conformément à la nature aprioriste de la praxéologie. Cela doit se produire ainsi. Personne ne peut ni ne pourra parvenir à construire un cas hypothétique dans lequel les choses se produiraient différemment.

C’est pourquoi il a embêté intellectuellement beaucoup de gens qui s’intéressaient à Bitcoin. Ceux-ci pouvaient avoir lu Mises et se demandaient par conséquent d’où pouvait provenir la valeur intrinsèque originelle de l’unité de compte. Mais, de toute évidence, le bitcoin n’avait pas de valeur d’usage précédant l’émergence de sa valeur monétaire.

Certains ont suggéré que Bitcoin avait une valeur d’usage en tant que « système de paiement », parce qu’il offrait un moyen d’envoyer des fonds à l’étranger sans requérir de permission particulière. D’autres ont avancé que la valeur originelle de Bitcoin provenait de sa capacité d’horodater des données et de garantir leur authenticité.

Néanmoins, sans valeur initiale ces usages n’ont aucune raison d’exister : Bitcoin est en effet un système économique par essence et il faut que son unité de compte ait une valeur avant que le système puisse avoir une utilité. On ne peut pas s’en servir comme service d’horodatage de données si sa sécurité est nulle (cet usage était d’ailleurs inexistant avant que le bitcoin acquière un prix). De même, on ne peut pas utiliser Bitcoin comme un moyen de transfert de valeur si l’unité n’est valorisée par personne.

Satoshi Nakamoto a lui-même reconnu cette importance de la première valorisation du bitcoin. Dans un message d’août 2010 sur le théorème de régression, il expliquait qu’il fallait lui donner une valeur « pour une raison ou pour une autre » pour que le système soit utile pour l’envoi de fonds à l’étranger :

Comme expérience de pensée, imaginez qu’il existe un métal de base aussi rare que l’or, mais avec les propriétés suivantes :
– de couleur grise et terne ;
– pas de bonne conductivité électrique ;
– pas particulièrement solide, mais pas non plus ductile ou facilement malléable ;
– inutile pour un but pratique ou ornemental ;

et avec une propriété magique et spéciale :
– peut être transporté par un canal de communication.

Si, d’une manière ou d’une autre, il acquérait une quelconque valeur pour une raison ou pour une autre, alors n’importe qui désirant transférer de la richesse sur une longue distance pourrait en acheter, le transmettre, et faire en sorte que le destinataire le vende.

À l’époque, Satoshi décrivait ce qui s’était déjà passé : le bitcoin avait acquis une valeur. Il était échangé contre des monnaies traditionnelles et servait déjà à acheter des biens physiques. À partir de là, son usage s’est développé jusqu’à la situation qu’on connaît aujourd’hui.

Par son amorçage, Bitcoin a prouvé qu’une unité numérique pouvait acquérir de la valeur sans posséder de valeur d’usage non monétaire originelle. Néanmoins, ce n’était pas la première fois qu’une telle tentative avait lieu, et c’est ce dont nous parlerons dans un prochain article

Je suis fasciné par les cryptomonnaies et par l'impact qu'elles pourraient avoir sur nos vies. De formation scientifique, je m'attache à décrire leur fonctionnement technique de la façon la plus fidèle possible.

6 Responses

  • Très bon article sur cette réflexion du prix initial. Merci
    J’avais lu que dans les premiers échanges sur Bitcointalk que bitcoin avait le prix d’utilisation CPU et d’électricité dépensé pour en créer avec une difficulté proche de 1, soit quelques centimes en valeur intrinsèque ^^
    Effectivement dès que l’on a pu acheter un bien en BTC alors sa cotation avait aussi une part de valeur d’usage certes limité mais possible.
    Aujourd’hui acheter une Tesla donne une valeur d’usage très significative et encourage d’autres commerçants, vertueux !
    Bitcoin n’aura jamais le pouvoir libératoire imposé des états dans leur zone monétaire mais pourrait s’imposer par effet réseaux dans tout le cyber espace 🙂

    Répondre
    • Ludovic Lars

      Merci Marco !

      Effectivement les premiers prix s’établissaient selon la dépense d’énergie correspondante. J’y reviendrai probablement dans un prochain article.

      Néanmoins, cela ne veut pas dire que le bitcoin avait une valeur intrinsèque. On peut utiliser de l’énergie pour obtenir quelque chose, ça ne veut pas dire qu’elle a de la valeur. Elle a de la valeur parce qu’elle offre de l’utilité à quelqu’un. Cela peut venir de ses propriétés intrinsèques (consommation alimentaire p. ex.) ou extrinsèques (usage monétaire, reconnaissance sociale).

      Répondre
      • Au temps pour moi la valeur de création n’est pas sa valeur intrinsèque.
        Pour mon premier intérêt Bitcoin m’a convaincu de sa valeur comme pièce numérique ultime à collectionner par ses propriétés infalsifiables, ce que l’on appellerait aujourd’hui un NFT 😉

        Répondre
        • Ludovic Lars

          Oui il y a quelque chose comme ça, chose qu’on retrouve dans les jetons non fongibles d’art etc. La question est de savoir ce que représentait un bitcoin pour les pionniers comme Hal Finney.

          Répondre
  • Zokoban

    Avant le bitcoin, l’art moderne était devenue une valeur spéculative sans possibilité de « régression » (Allez-vous donc fondre une oeuvre de Jeff Koons ?)
    Tout cela ne tend-il pas à montrer que quelque chose est détraqué à grande échelle ?

    Répondre
    • Ludovic Lars

      La valeur est subjective, donc je ne pense pas que la valorisation des œuvres d’art contemporain soit détraquée en soi.

      Par contre on peut se demander si ces œuvres, au vu de leur prix élevé, ne servent pas de « réserve de valeur », au même titre que objets de collection (timbres, vieilles consoles, etc.) Puisque la monnaie ne conserve plus sa valeur à long terme (inflation), les gens se réfugient vers d’autres choses, y compris peut-être l’art.

      Répondre

Répondre à Marco Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.